vendredi 23 octobre 2020

Daboville


En 420, bon nombre de chercheurs rejettent l'hypothèse qui mène à Dabo. Certains considèrent que cette solution s'inscrit comme une redite par rapport à l'énigme 500 où l'hypothèse de la route en spirale D45A menait déjà à Dabo. Pourtant, si de nombreuses hypothèses offrent des alternatives crédibles aux 559 km, la plupart peinent à expliquer les 1969,697 mesures. La force de l'hypothèse du rocher de Dabo en 420, c'est la discrimination de la ville de Dabo via l'altitude de son rocher.

Mais l'idée ici, ce n'est pas de considérer la ville de Dabo comme la finalité de l'énigme mais de l'envisager comme une solution intermédiaire de la 420. Contrairement à des solutions alternatives comme Châtel ou Saint-Nicolas de Port, l'approche choisie ici fait de Dabo un indispensable prérequis.

La flèche d'Apollon atterrit donc vraiment à 650 m au sommet du rocher de Dabo à 559 km de Golfe-Juan mais l'énigme n'est pas terminée pour autant. Il nous faut alors rebondir sur cette solution connue de tous afin de trouver une issue complémentaire à l'énigme. Pour ce faire, nous allons donc utiliser des éléments faiblement exploités par la solution daboïste :

- la thématique napoléonienne et notamment celle des Cent-jours

- l'explication du titre "Du Ciel vient la lumière"

- Le compas dans le N du visuel

- l'arc prêté à Apollon


Or nous avons déjà un lieu qui unifie tous ces concepts : il s'agit de l'Arc de triomphe de la place de l'Etoile à Paris. (évoqué notamment par Alabastrum et Graal)




Dans cette perspective, la ville de Dabo constitue une passerelle idéale vers le général d'empire Auguste-Gabriel d'Aboville dont le nom est inscrit sur la 4eme colonne du pilier Nord de l'arc de triomphe.


Le 15 août

Dans une thématique astronomique avec des révolutions de planètes en jours, on s'intéresse logiquement au transit de Vénus de 1769 puisqu'il a eu lieu l'année de naissance de Napoléon. Napoléon est né un 15 août, date qui correspond également au jour du décès de Roland à la bataille de Roncevaux en 778 et qui correspond aussi à la date du décès du général d'Aboville en 1820.

La première pierre de l'arc de triomphe de l'Etoile - et ce n'est pas un hasard puisque c'est en hommage à l'empereur - fut également posée le 15 août 1806.


La faute

D'Aboville est incorrectement gravé DABOVILLE sur le pilier. Et notons, pour comparer, que d'Hautpoul est bien gravé D'HAUTPOUL sur la colonne 16 du pilier Est. Il ne s'agit donc pas d'une contrainte de gravure ou d'une règle de gestion des noms à particules mais bien d'une erreur sur le nom de d'Aboville.


Les généraux de l'empire

La piste des généraux est validée par Compans (via le codage visuel du N dans le Compas) et Lamarque (via le cryptogramme des Cent-jours), deux autres généraux dont les noms sont gravés sous le monument respectivement sur la 15eme colonne du pilier Est et sur la 36eme colonne du pilier Ouest.




Évidemment, le titre s'interface idéalement à l'hypothèse de Schlopsy que j'ai déjà développée dans un précédent article.

Par anticipation, nous pouvons expliquer les vers de la 560 sous une nouvelle perspective. 

"Cherche l'Ouverture qui révèle la lumière céleste" :

L'ouverture qui révèle la lumière céleste, ce n'est plus Bourges qui révèle la ville de Dabo mais l'Ouverture qui révèle Daboville, que nous visualisons, place de l'Etoile, sous l'Arc de triomphe parisien en contemplant Daboville et la liste des autres généraux de l'empire sur les piliers du monument.



La piste des généraux de l'empire se prolonge en 560 avec la découverte d'un quatrième nom de général gravé sur le pilier Sud et qui trouve sa correspondance géographique entre Cherbourg et Lamarque. 


jeudi 6 août 2020

LE CŒUR OUVERT A L'INCONNU

Pour la première fois, je vais écrire un article qui va s'appuyer sur un élément du cahier des charges.
Cet élément me semble avoir été mésestimé.
Un panneau marqué "13469696", et pointant vers un coq.

L'interprétation est la suivante :
Il s'agit de multiplier ce nombre par 33 cm, la valeur de la mesure donnée par la valeur de la 780.
13469696 x 0,33 = 4444,5 km
C'est-à-dire 1000 lieues soit phonétiquement milieu.

Il ne s'agit cependant pas de n'importe quelle lieue mais de la lieue commune de France.

On peut donc préciser ce décodage par simple lecture : milieu commune de France.

Alors oui, cette définition s'accorde avec Bourges mais on peut aussi s'intéresser aux communes qui se disputent le titre de centre géographique de la France.
Beaucoup de chercheurs se sont intéressés au centre géographique de la France dès le début du jeu.

Et parmi eux, quelques-uns ont évoqué la commune qui s'appuya sur les calculs du géographe Adolphe-Laurent Joanne pour revendiquer la première ce titre :

 « Le Centre de la France est compris entre les deux latitudes et les deux longitudes entre lesquelles pourrait s'inscrire la plus petite figure semblable à la France. Ce point est entre 46°51'32" et 46°40'02" de latitude et 0° et 0°10'33" de longitude orientale. Si l'on suppose un quadrilatère construit avec 4 points et dans lequel tient la France, le centre sera l'intersection des 2 médianes. L'une de ces médianes se confond avec le méridien passant par 0°5'15" de longitude est, et l'autre avec le parallèle situé à 46°45'47" de latitude. Ce point, situé à égale distance du nord et du sud de la France, de l'est et de l'ouest de la France, est situé à Bruère-Allichamps. » 
(Source Wikipedia)


Ce centre est symbolisé par une borne milliaire - borne routière en pierre durant la Rome antique - qui figure dans le blason de la commune de Bruère-Allichamps :



Voici un fac-similé de l'inscription gravé sur la colonne :



« ... le pieux, heureux, auguste tribun, consul pour la troisième fois, père de la patrie, proconsul,
  • à 14 lieues de Avaricum (Bourges),
  • à 12 lieues de Mediolanum (Châteaumeillant)
  • et à 25 lieues de (Aquae) Neri (Néris-les-Bains). "
 (Source Wikipedia)


La solution de la charade est alors recontextualisée. Bourges n'est qu'une indication sur la borne de Bruère-Allichamps.
Dit autrement, l'Ouverture est la borne milliaire au centre de la France qui indique Bourges.

Rappelons la réponse type de l'auteur qui semble accréditer Bourges :
L'OUVERTURE; LA 530 DONNE UN LIEU POUR DEMARRER LE JEU (ET IL FAUT RESTER SIMPLE ET NE PAS CHERCHER MIDI A QUATORZE HEURES !)

La réponse rentre en résonance remarquable avec un lieu qui indique Bourges, non pas à quatorze heures mais à quatorze lieues.


Cherchons plus avant jusqu'à l'emplacement d'origine de cette borne :

En 1757, elle est dégagée par le prieur François Pajonnet, au lieu-dit les Varnes, lors de fouilles qu'il réalise depuis 1750. On la localisera alors dans un champ nommé Elisii Campi, qui se révélera faire partie d'une vaste nécropole gallo-romaine et mérovingienne près du prieuré Saint-Étienne d'Allichamps  
(Source Wikipedia)

Selon moi, on parvient ainsi à une information majeure. En effet, les toponymies d'Allichamps et d'Elisii Campi trahissent l'étymologie des Champs Elysées.
Évidemment, une solution de ce type donne un relief particulier aux hypothèses qui s'appuient sur l'Arc de triomphe de l'Etoile.


Je garde pour la fin une photo de la borne milliaire.
Regardez bien le panneau vert qui indique Bourges et qui pourrait expliquer à lui seul le fait qu'il n'y ait pas 36 ouvertures dans le livre ...


La borne milliaire d'Allichamps


mercredi 3 juin 2020

XU AVEC NORA

LE BON SENS, C'EST LE SENS DU CONTRESENS ET INVERSEMENT

Si on obéit immédiatement à cette injonction, alors il nous faut retourner à l'énigme précédente, la 470.
Non, nous n'allons pas refaire l'énigme mais revenir sur le résultat obtenu à l'issue de sa résolution.
Rappelons quel en était le décodage : A RONCEVAUX

Dans la même optique, nous allons prendre le contresens de cette solution, c'est-à-dire la lire en sens inverse ce qui donne : XUAVECNOR A

Je ne suis pas le premier à évoquer ce résultat mais je vais en donner une interprétation inédite :
XU AVEC NORA implique la reconnaissance de la préposition AVEC.
Elle sert uniquement à nous signifier qu'il s'agit de relier les lettres de gauche avec celles de droite pour obtenir XUNORA.
Jusque là rien de nouveau.

Pourtant, à ce stade, il nous suffit de trouver une anagramme et ainsi s'expliquera la singulière présence de la préposition A puisqu'elle est absolument impérative à la résolution.

Le nombre limité de lettres et la présence du X qui oriente vers des mots en -AUX ou -OUX facilite la recherche des candidats possibles.

Un nom propre s'impose : ARNOUX.

Parmi les Arnoux célèbres, si vous suivez mon blog, vous savez déjà que nous en avons déjà rencontré un. Il s'agit de l'écrivain Alexandre ARNOUX.

Or Alexandre Arnoux a notamment écrit sur la détermination du centre de Paris de Paris via un fil à plomb et la découpe en carton des contours de la carte de la ville de Paris. Il s'agit tout simplement d'une détermination du barycentre non pondéré. Evidemment cela rentre en résonance avec l'énigme 580. On comprend alors l'intérêt de l'aller/retour afin de rencontrer la notion de barycentre pour identifier Arnoux.



Ce qui est intéressant, c'est que de nombreux auteurs sur Paris se réfèrent à ce passage de Paris sur Seine d'Alexandre Arnoux.




Estienne d'Orval :
Delrue :

Mais c'est évidemment, le passage de Jacques Yonnet qui est le plus intéressant : 


Le luminaire dont il est fait mention correspond bien au centre de Paris selon Alexandre Arnoux. On constate que le fil ARNOUX en 470 nous mène donc à l'expression "spirale à quatre centres" de Jacques Yonnet et qu'on peut même penser qu'il s'agisse de la vocation première de ce décodage, à savoir la découverte de celle qui se cache derrière cette métaphore, c'est-à-dire PARIS.

Max ne pouvait anticiper les outils du Web qui permettraient la découverte "par la bande" de cette expression. Cette découverte a d'ailleurs été mésestimée, y compris par moi-même, et interprétée au mieux comme un argument pour légitimer l'expression mais en dehors du jeu.
Ce décodage apporte selon moi la preuve que Max Valentin a intégré cette phrase de Yonnet, non pas en tant que possible confirmation annexe pour celui qui la découvrirait mais dans les solutions mêmes des énigmes du jeu.



dimanche 8 mars 2020

LE PETIT PARIS

Cet article unifie deux hypothèses dont j'ai déjà parlé sur ce blog :
- L'hypothèse de l'Yonne en 470
- L'hypothèse du Petit Paris en 500


En 500, l'orthogonale au segment Gérardmer-Etain-Carignan passe par Épernay et mène à 185 km de Carignan à la solution du Petit Paris dans la commune de Jouy-le-Châtel.



La construction Gerardmer-Etain-Carignan/Carignan-Épernay

En 470, la piste de l'Yonne part du Tout alphanumérique de la 470, les 3371 mètres du Pico Posets passe par Bourges pour aboutir à LAON, le coeur de ROLAND.
Ce trajet coupe le cours de l'Yonne de la même manière que le trait Roncevaux-Bourges coupe le cours de l'Aube.
On note que ce dernier trait passe par Marigny-le-Châtel en résonance avec la piste Châtel.


Pico Posets-Bourges-Laon
En superposant les deux constructions, on met en évidence une troublante coïncidence :


Les deux constructions

Les deux constructions se coupent au niveau du Petit Paris de Jouy-le-Châtel.
Comme le trait de l'Aube, le trait de l'Yonne passe par une commune qui contient le toponyme Châtel.

La solution commune du Petit Paris





samedi 18 janvier 2020

RETOUR EN 580

J'ai déjà parlé du barycentre en 580.

Cependant, j'ai évoqué le barycentre pondéré, c'est à dire le barycentre lié aux dix villes avec des poids correspondant aux chiffres liés aux villes.
J'ai oublié de citer le barycentre "classique", c'est à dire le barycentre qui considère les 10 villes avec le même poids unitaire.
Il est bien sûr possible de déterminer le barycentre à partir des coordonnées de chaque point mais l'idée est de déterminer graphiquement sur la carte le barycentre recherché sans calcul.

Il y a plusieurs méthodes pour obtenir ce barycentre mais l'une des plus simples est de considérer les triangles suivants :
  • Bourges, Cherbourg et Dieppe
  • Épernay, Forbach et Gérardmer
  • Héricourt, Issoire et Jarnac

Les poids de chaque ville étant identiques, le barycentre de chaque triangle correspond au centre de gravité - intersection des médianes - de chaque triangle.

  • K(BCD,3) barycentre de (Bourges,1), (Cherbourg,1) et (Dieppe,1)
  • L(EFG,3) barycentre de (Epernay,1), (Forbach,1) et (Gérardmer,1)
  • M(HIJ,3) barycentre de (Héricourt,1), (Issoire,1) et (Jarnac,1)

Chaque barycentre triangulaire (K,L,M) aura donc un poids de 3.
Le barycentre N(BCDEFGHIJ,9) obtenu comme centre de gravité du triangle KLM aura donc un poids de 9.

Le barycentre O(ABCDEFGHIJ,10) recherché est donc le barycentre de Angers (A,1) et N(BCDEFGHIJ,9).
OA + 9 ON = 0 => OA + 9OA + 9AN = 0 => AO = 9/10 AN

La capture Mapannot suivante reproduit les constructions décrites :



Le barycentre obtenu se situe au nord-ouest de la commune de Château-Renard :