samedi 1 mars 2014

LES MESURES DU METRE





Cette mesure du mètre est défendue par différents chercheurs comme Eljackez, dede49 ou Dom Tom.
C’est une mesure qui existe, qui n'a pas été inventée par l'auteur, et qui est susceptible de prendre plusieurs valeurs.
L'énigme 780 pourrait représenter une photographie du périple de Delambre et Méchain, les deux savants chargés de mesurer la portion d’arc de méridien entre Dunkerque et Barcelone.
L'hypothèse de cette mesure s'appuie sur la définition originelle du mètre en tant que mesure :

Le mètre fut officiellement défini pour la première fois en 1791 par l'Académie des sciences comme étant la dix-millionième partie d'un quart de méridien terrestre. Pour connaître exactement cette distance, la loi du 26 mars 1791 envoie des arpenteurs pour mesurer le méridien entre Dunkerque et Barcelone.
(source Wikipedia)

Autrement dit la longueur d'un cercle méridien terrestre est égale à 40.000.000 m soit 40.000 km.
Mais, par le méga, c'est un million de fois moins
(Mu = 40 ---> la 40 millionième fraction du méridien équivaut au mètre)

Circonférence(Terre) = 2PIR(Terre) = 40.000.000 mètre terrestre

Par extension, on peut donc définir le mètre sur n'importe quelle planète

Circonférence(Planète) = 2PIR(planète) = 40.000.000 mètre planétaire

On peut donc définir un mètre planétaire pour chaque planète en fonction de notre mètre terrestre :

Mètre de la planète = Rayon de la planète /  Rayon de la terre


L'énigme 420 fournit les données astronomiques qui suggèrent l'utilisation des mètres des planètes du système solaire.


La même source qui donnait les périodes de révolution des planètes telles qu'elles figurent dans l'énigme contient également les rayons des planètes (Documentation Encyclopédie Bordas tome 2 ASTRONOMIE page 57 donnée par le chercheur PapyMax) :

rayon de la Terre : R = 6370 km (référence)

Mercure : 0.38 R
Venus   : 0.96 R
Terre   : R
Mars    : 0.53 R
Jupiter : 11.26 R
Saturne : 9.46 R
Uranus  : 3.70 R
Neptune : 3.5 R
Pluton  : 0.43 R

L'avantage, c'est que la mesure planétaire s'affranchit complètement du rayon de la Terre puisque le rapport des rayons l'élimine. Il ne reste alors que le coefficient pour définir les mètres planétaires :

Les mètres planétaires deviennent alors les suivants :

Mercure : 0.38 m
Venus   : 0.96 m
Terre   : 1 m 
Mars    : 0.53 m
Jupiter : 11.26 m
Saturne : 9.46 m
Uranus  : 3.70 m
Neptune : 3.5 m
Pluton  : 0.43 m

Mais comment savoir quel mètre planétaire employer pour chacune des énigmes impliquant la mesure ?


Dans le conte philosophique Micromégas (codé par les allitérations en m dans la 500), le géant de Sirius a pour compagnon un habitant de Saturne.

En 420, Apollon, dieu du soleil pourrait inciter à l'emploi du mètre solaire ce qui expliquerait pourquoi il serait important que ce soit lui qui compte :
De là, il (Apollon, dieu du Soleil) comptera 1969,697 mesures vers le zénith.

En 560, les deux aides de Neptune pourrait désigner le double-mètre neptunien.
Par deux fois Neptune viendra à ton secours

A noter que cette hypothèse n'est pas forcément exclusive du périmètre de la boussole de 0,33 m. La mesure pourrait être 0,33 m mais l'astuce résiderait dans une variation de la valeur du mètre en fonction de la planète considérée.

7 commentaires:

  1. En 420, il faut prêter un arc à Apollon, car selon la mythologie, Hermès (Mercure) lui aurait volé. Une stèle du dieu Mercure se trouve à Carignan, alors faudrait-il aussi compter avec la mesure mercurienne dans la 500 ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette précision.
      Nous prêtons l'arc mais c'est Apollon qui compte les mesures.
      Une autre possibilité serait l'emploi de la mesure lunaire via le N planté par le compas du visuel de la 420 qui pourrait suggérer le programme lunaire Apollo.

      Cordialement,
      Marvinclay

      Supprimer
  2. Cette idée du mètre lunaire en 420 me plaît bien.
    On peut penser aussi que si Apollon a perdu son arc, nous lui prêtons celui de Diane, deesse de la Lune.
    On rencontre celle-ci sur le tableau de Samuel Morse, la galerie du Louvre.
    Si l'arc est lunaire, alors la mesure aussi doit être lunaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La statue de Diane du tableau de Morse a d'ailleurs pas mal voyagé. Du château de Fontainebleau au Louvre sous Henri IV, du Louvre à Versailles sous Louis XIV pour revenir au Louvre.

      Amicalement,
      Marvinclay

      Supprimer
  3. Pour une majorité de chercheurs c'est le pied de 33cm obtenu comme suit:
    Piéton "pied en forme de compas": PixD ou 2PixR donne 33cm
    Cette mesure de circonférence est "arrondie" à 33cm
    La valeur exacte est le pied métrique 1/3mètre soit 33,33...
    Définition du mètre calcul méridien passant à Bourges et l'inversion WE donne 3M (3 et mètre).
    L'I.S. pour "faire bonne mesure" (fournir plus que la quantité), il n'y en a qu'une dans le livre: 3 "pieds" pour un M "mètre" donne plus que 33cm.
    Dans le texte les "vers ou mètre" en "syllabes ou pieds" (métrique quantitative) sont de 4pieds et 7pieds soit différence de "3 pieds métriques" confirmation d'une différence de 2 fois 3 pieds métriques donnant "3/3"=33cm
    A mon avis le "piège ou faux pas" serait de prendre "4pieds et 7pieds" comme 47/74/74cm=pas grec
    Amicalement
    Sasard

    RépondreSupprimer
  4. Le mètre se rapporte au méridien ; il nous faudrait donc connaître les diamètres polaires des autres planètes.
    L'encyclopédie Bordas fournit le diamètre équatorial "relatif" des planètes (et non ce que prétend PapyMax). De plus, la valeur terrestre (rayon ou diamètre) n'est pas précisée dans le tableau (PapyMax est peut-être allé la piocher dans une autre page).
    Tout ça fait que cette "référence" est fausse, et un scan du tableau aurait évité ce genre d'interprétation.
    Mon édition est peut-être différente de la sienne, mais j'en doute (si c'est le cas, je lui présente mes excuses).

    Zakman

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je tiens à préciser que "les périodes de révolution des planètes telles qu'elles figurent dans l'énigme" sont présentes dans le petit Robert 2 (noms propres). On y trouve aussi Carusburc et Al-Mar.
      Il est à mon avis dommage de ne pas utiliser les documents les plus accessibles.

      Zakman

      Supprimer